Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 19:53

"Le Parlement vote la loi. Il contrôle l'action du Gouvernement. Il évalue les politiques publiques.

Il comprend l'Assemblée nationale et le Sénat.

Les députés à l'Assemblée nationale, dont le nombre ne peut excéder cinq cent soixante-dix-sept, sont élus au suffrage direct.

Le Sénat, dont le nombre de membres ne peut excéder trois cent quarante-huit, est élu au suffrage indirect. Il assure la représentation des collectivités territoriales de la République.

Les Français établis hors de France sont représentés à l'Assemblée et au Sénat."

(Article 24 de la Constitution du 4 octobre 1958).

Antérieurement à la réforme récente de leur mandat, les sénateurs étaient élus pour neuf ans et renouvelés par tiers tous les trois ans selon 3 séries (A, B et C en fonction du classement alphabétique des départements).

Depuis septembre 2004, la durée du mandat a été progressivement réduite à six ans et le renouvellement est passé à deux séries tous les trois ans.

Après les prochaines élections, la chambre haute du Parlement français se renouvelera donc par moitié tous les six ans.

Les sénateurs sont élus au suffrage indirect, c'est-à-dire par les grands électeurs, réunis dans chaque département au sein d'un collège électoral qui est composé :

- des représentants des conseils municipaux (95% du collège électoral),

- des conseillers généraux, conseillers régionaux et députés (5% dudit collège).

Ces élections concernent 44 circonscriptions, départements d'outre-mer et permettront d'élire 170 sénateurs dont 6 pour notre département de la Seine-et-Marne.

Notre circonscription comprenant plus de 4 sénateurs élus, l'élection se fera à la représentation proportionnelle suivant la règle de la plus forte moyenne, sans panachage ni vote préférentiel étant signalé que chaque liste doit être composée alternativement d'un candidat de chaque sexe.

Sur le plan national, le parti socialiste se prend à rêver d'un basculement à gauche du Sénat, ce qui ne semble pas entacher la sérénité du président UMP au Sénat, Gérard Larcher, lequel déclarait à l'AFP, à la suite de la victoire de la gauche au cantonales, "On n'assiste pas à la poussée socialiste attendue. Arithmétiquement, le poids des conseillers généraux reste marginal et au plan de la tendance il n'y a pas le souffle annoncé pour la gauche. Mes prévisions restent les mêmes, la majorité sénatoriale devrait pouvoir l'emporter au mois de septembre".

Sur le plan local, le parti de la majorité présidentielle espère bien obtenir quatre sénateurs élus sur les six postes renouvelables.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascal DIAS - dans Politique générale
commenter cet article

commentaires