Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 19:37

Historiquement, les régions ont été créées en 1982 pour transférer certaines compétences de l’Etat à un échelon plus local et répondre à des problématiques multiples.

Les régions dépendent néanmoins de l’Etat qui lui-même doit composer essentiellement avec la politique commune de l’Union Européenne.

Dans ce contexte, les problèmes nationaux se répercutent en grande partie sur les régions dont il n’est pas inintéressant de rappeler qu’elles se trouvent être, de surcroît, au cœur du projet européen.

Ce sont les régions qui appliquent les politiques européennes conformément au principe de subsidiarité, ce qui en fait l’interlocuteur de référence des institutions européennes.

C’est également au niveau des régions que se bâtissent les coopérations transnationales (par exemple, la « Grande Région », entre Belgique, Luxembourg, Allemagne et France).

C’est encore aux régions que s’adressent les différentes aides européennes FEDER et FSE, encourageant celles-ci à mener une politique ambitieuse d’ancrage dans l’Europe.

Si la pertinence de la région est évidente au sein de l’Union Européenne, elle est incontestable lorsque l’on examine de près les compétences qui lui ont été octroyées par les lois de décentralisation, selon une organisation structurée autour de trois catégories de compétences.

La première, appelée « clause générale de compétences », permet à l’assemblée régionale, par le biais de ses délibérations, de régler les affaires de la région et de promouvoir le développement économique, social, culturel et scientifique ainsi que de soutenir l’aménagement de son territoire pour assurer sa propre identité.

La deuxième, dénommée « compétences d’attribution », s’exerce dans les domaines de compétences d’exclusivités de la région telle que notamment dans les transports publics (surtout ferroviaires avec les TER), la formation professionnelle et l’apprentissage, les lycées, la culture, l’emploi, le sport.

La troisième catégorie est dite de « compétences partagées » puisqu’elles concernent également les départements et les communes, comme en matière d’écologie et d’aménagement du territoire.

A chaque loi de décentralisation, les responsabilités des collectivités territoriales en général et de la Région, en particulier, se sont étendues.

Parce que pour gagner en clarté et en efficacité, l’Etat doit se recentrer sur ses pouvoirs régaliens (sécurité, justice, éducation, santé), c’est aux régions qu’il incombe d’anticiper les besoins de leur territoire en étroite relation avec les autres échelons territoriaux.

Les collectivités locales sont déjà responsables de 75% de l’investissement public et leur échelle territoriale de proximité permet d’arrêter les projets qui répondront le plus efficacement aux attentes des habitants dans un contexte global complexe, transposé localement.

Il est à déplorer que l’ensemble de la classe politique n’ait pas su convaincre les abstentionnistes de l’importance de ces élections régionales et de l’influence des Régions sur la vie quotidienne des Français.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascal DIAS - dans La Région
commenter cet article

commentaires

ferrali monique 25/03/2010 13:48


Ce qui est surtout à déplorer c'est qu'aucune information aussi claire ne vienne des candidats eux-mêmes, préliminaire indispensable à la compréhension de toute proposition qu'ils peuvent ensuite
formuler.On peut parfois rêver que les politiques, au lieu de pratiquer la confusion, se souviennent que" ce qui se conçoit bien s'énonce clairement"! Merci  de ce travail d'information
poursuivi depuis la création du blog