Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 20:39

Invité au Mans, lors de l'inauguration du nouveau stade "la MMArena" avant la rencontre Le Mans-Ajaccio comptant pour la 21ème journée de Ligue 2, le Premier Ministre manceau François FILLON, accompagné de la ministre des Sports Chantal JOUANNO, du Maire du Mans Jean-Claude BOULARD et du Président de la Région Pays de la Loire, Jacques AUXIETE, a officiellement inauguré le nouveau stade dénommé "la MMArena".

Ce stade comprend pas moins de 25064 places assises, 31 rangées de gradins étalées sur 14 kilomètres et une capacité pour les spectacles pouvant aller jusqu'à 38000 spectateurs, en configuration concert.

32 loges, 2 écrans géants, des bornes Wifi, 103 caméras de surveillance, une carte rechargeable pour payer billets et consommations dans les 19 kiosques de restauration présents.

La plaque inaugurable dévoilée, François FILLON a conseillé à l'équipe du Mans FC, de "soigner les deux fondamentaux du football : l'attaque et la défense !".

Mais au-delà de cet ouvrage remarquable et impressionnant, croyez-moi, c'est le montage juridico-financier réunissant un partenariat public et privé, un peu plus compliqué qu'il n'y paraît, qui mérite d'être salué par son audace, son innovation.

Inspiré par celui mis en place par la société Vinci pour bâtir le Stade de France à Saint-Denis, il se différencie par le fait que le stade est destiné à un club, ce qui est une première en France qui devrait être imitée pour le futur stade de Lille.

Sur un plan strictement financier, le stade coûte 104 millions d'euros.

La ville du Mans a investi 31,48 millions, la Région et le Département 8,76 millions d'euros chacun et l'assureur MMA, 3 millions d'euros.

Pour les 52 millions d'euros restant, la société Vinci concessions, via sa filiale Le Mans Stadium, devra les tirer de l'exploitation qu'elle en fera pendant 33 ans à l'issue de laquelle le stade sera remis à la ville du Mans en état de fonctionnement.

Le Mans Stadium pourra compter sur le loyer payé par le club, à hauteur de 700.000 euros par an auquel s'ajoutera 15% sur les recettes de billeteries ainsi que celles tirées des buvettes et sandwicheries, des produits dérivés, de la location des loges, du futur hôtel...

La société Vinci pourra également compter sur les manifestations qu'elle va organiser au MMArena sur les créneaux en dehors des activités footballistiques sachant qu'il semblerait que deux grands spectacles seraient envisagés au premier semestre, sans oublier la possibilité de louer le stade à des entreprises pour des évènementiels ou bien des séminaires.

Il y a également et surtout ce que l'on appelle le contrat de naming, premier du genre en France, avec les MMA. L'assureur donne à "Le Mans Stadium" 1 million d'euros par an pendant 10 ans pour que le stade porte son nom jusqu'en 2020.

Prudente, la société Vinci a négocié par ailleurs une subvention annuelle versée par la ville pour 1 million d'euros, le département, la région et les MMA pour 100.000 euros chacun représentant au total 1,3 million d'euros par an.

Pour limiter encore les risques et/ou partager les recettes, la société Vinci a proposé au Club Le Mans FC d'entrer à 50% dans le capital de "Le Mans Stadium" et de partager avec elle le financement des 52 millions d'euros manquants.

Ce montage financier révèle que, quel que soit le contexte financier international, tout projet est finançable si l'imagination, l'audace et la volonté politique sont au rendez-vous.

La ville du Mans a remporté son défi en réalisant ce stade multisports avec un engineering habile et l'équipe du Mans FC le match face à l'AC Ajaccio par le score de 3 à 0.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascal DIAS - dans Politique générale
commenter cet article

commentaires

François Viges 02/03/2011 16:48



DEux rapports à lire à ce sujet: le rapport Arena (sur les grands stades) et le rapport Augier sur les grands évènements en France où les professionnels sont interrogés....On comprend mieux
certaines choses: du déficit de certaines salles, du mauvais montage de projets sans étude événementielle a priori et surtout l'importance économique de ces événements....


 


Le souci est que le politique commande une étude et ne la lit pas....pensant que la com politique suffire et en France nous allons droit dans le mur....Comme pour Annecy 2018...Non seulement les
politiques n'ont pas fait l'analyse des échecs passés et s'enferment dans une com tout politique au détriment de la mise en avant d'un territoire et de ses forces vives....


 


Pas la peine de dire ce que je pense de l'avenir du Grand Parquet....Les projets que j'ai pu y voir tournés vers le cheval uniquement datent d'un autre siècle et ne garantiront pas sa
rentabilité....De plus les projets Arena en PPP se développant autours de Paris ne faciliteront pas son implantation....


 


Petit message d'un ancien de la CCFA qui s'y connait un peu en olympisme et en événementiel....



grandiere jean-paul 30/01/2011 23:29



C'est un montage financier qui va etre de plus en plus utilisé en sports.le probléme est de trouver des entreprises du niveau de MMA ppur le "naiming".La rénovation du grand parquet corespondait
à ce type de financement et cela aurait été moins lourd à porter par la CC.