Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 21:27

Au sens habituel, la politique de la ville désigne la politique mise en place par les pouvoirs publics afin de revaloriser les zones urbaines en difficulté et réduire les inégalités entre les territoires.

C’est pour permettre à ces zones et territoires de trouver toute leur place dans leurs agglomérations que la politique de la ville a été mise en place.

Elle a été initiée en France, il y a plus de trente années, alors que le problème des banlieues surgissait.

Les années 1970 ont vu les pouvoirs publics prendre conscience des difficultés de ce qui sera appelé les « grands ensembles » d’habitat social.

En 1973, une limitation des constructions d’ensembles de plus de 2 000 logements sera recommandée par la circulaire « Guichard », tandis qu’en 1977, le rapport dit « Peyrefitte » sur la violence sera publiée.

Ces cinq dernières années, la politique de ville a vécu diverses réformes adaptant les modes et moyens d’action comme par exemple :

- La création du programme de rénovation urbaine et la création de l’agence nationale pour la rénovation urbaine (loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine du 1er août 2003) ainsi que la création de l’observatoire national des ZUS et de nouvelles zones franches urbaines,

- L’introduction de la réforme de la dotation de solidarité urbaine (DSU) et le lancement des dispositifs de réussite éducative (loi de cohésion sociale du 18 janvier 2005),

- La création de l’Agence nationale pour la cohésion sociale (ACSE) et l’augmentation du nombre de zones franches urbaines (loi pour l’égalité des chances du 31 mars 2006),

- Le lancement de nouveaux contrats urbains de cohésion sociale et la création d’une cinquantaine de mesure en faveur des quartiers sensibles (mesures du Comité Interministériel de la Ville du 9 mars 2006).

Si la politique de la ville repose sur la mobilisation des organismes publics, bailleurs sociaux, caisses d’allocations familiales, associations, monde économique ainsi que sur la participation des habitants de ces quartiers, elle est mise en œuvre avec les collectivités territoriales qui contractent avec les préfets en arrêtant un projet de développement pour chaque quartier concerné.

Signés pour une durée de trois ans renouvelable, ces contrats, baptisés « contrats urbains de cohésion sociale (CUCS), planifie des actions identifiées dans cinq champs essentiels que sont :

- L’habitat et le cadre de vie,

- L’emploi et le développement économique,

- L’éducation,

- La citoyenneté et la prévention de la délinquance,

- La santé.

Aucune zone, aucun quartier de la Ville d’Avon n’est éligible à la politique de la ville et aucune intervention ne peut faire l’objet d’un contrat entre le préfet et le maire.

Pour autant, la ville d’Avon doit-elle s’abstenir d’œuvrer à la revalorisation de ses quartiers et à la réduction des inégalités ?  

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Pascal DIAS - dans Politique de la ville
commenter cet article

commentaires

Jean-Pierre BORE 14/07/2010 16:07



Je lis votre article concernant la politique de la ville.


Votre conclusion concernant Avon mérite un débat.


Pouvez-vous m'adresser par mail le texte de votre intervention.


Je vous remercie


Jean-Pierre BORE ancien conseiller d'opposition