Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 21:18

Avant la mise en place d’un système de vidéo-protection, il est indispensable d’établir un diagnostic sur les actes délictueux et d’incivilités auxquelles la commune ou l’intercommunalité est confrontée, des lieux les plus exposés ainsi que les moyens de sécurité et de sûreté disponibles.

La réalisation du diagnostic permet d’évaluer les difficultés rencontrées dans le périmètre concerné, de produire un état des moyens (personnel, ressources financières et immobilières), de référencer les dispositifs existants et d’élaborer une stratégie de sécurisation.

Il doit servir à déterminer le nombre de caméras à installer, le type de matériel, le système de visionnage, de stockage, de réseau, de fonctionnement, de maintenance ainsi que l’enveloppe financière prévisionnelle.

Pour vous aider, il faut savoir qu’il existe, au sein de la police et de la gendarmerie, des référents sûreté spécialisés dans la prévention situationnelle et plus spécialement dans la vidéo-protection.

La solution la plus pertinente semble donc consister à recourir auxdits référents pour accompagner cette démarche, définir les besoins et établir le diagnostic sûreté sur le périmètre communal ou intercommunal, ce qui devrait optimiser l’efficience des dispositifs et leur intégration dans une stratégie locale de sécurité.

Dans la mesure où un avis favorable des forces de l’ordre est un atout supplémentaire pour l’obtention d’un accompagnement financier de l’Etat, assuré par le Fonds Interministériel de Prévention de la Délinquance (FIPD), un diagnostic établi par l’un des référents susmentionnés est, sans conteste, un atout indéniable.

Ce n’est qu’une fois le diagnostic arrêté, qu’un cahier des charges adapté aux objectifs poursuivis pourra être rédigé et dont le contenu comprendra une identification claire et précise des besoins et des enjeux.

A supposer que la collectivité ou l’intercommunalité ne soit pas à même d’y procéder, l’appui extérieur d’un prestataire de services représente la solution la plus adéquat sous réserve, bien entendu, du respect des procédures que les collectivités locales se doivent de suivre lorsqu’elles passent une commande de bien ou de services.  

Partager cet article

Repost 0

commentaires