Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juillet 2007 3 18 /07 /juillet /2007 11:42

Alors que le débat fait rage, il est légitime d’être interpellé par la tentative des uns de vouloir opposer le droit de grève à l’exigence et l’existence d’un service minimum dans les transports terrestres de voyageurs.

 
Loin de s’opposer, le droit de grève et la continuité du service public, auquel participe le concept de service minimum, sont deux principes de valeur constitutionnelle qui doivent coexister malgré leur apparente contradiction.
 
La reconnaissance du droit de grève ne doit pas se faire au détriment de la nécessité d’assurer la continuité du service public comme cela a trop souvent été le cas dans le passé, opposant ainsi les usagers du transport public aux grévistes de ce même service public.
 
En encadrant l’exercice du droit de grève notamment par la mise en place d’un service minimum, les Parlementaires réconcilieront les usagers avec leur service public des transports auquel ils sont profondément attachés.
 
Il faudra toutefois veiller à ce que des amendements comme celui réclamant l’abandon de l’interdiction du paiement des jours non travaillés ne viennent pas heurter l’équité sociale.
 
Monsieur Nicolas SARKOZY a été élu notamment pour réhabiliter le travail selon l’aphorisme désormais célèbre « travailler plus pour gagner plus ».
 
Il ne semble pas que le paiement des jours de grève milite en ce sens.
Repost 0
Published by Pascal Dias - dans Politique générale
commenter cet article