Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 19:10

La France compte 22 Régions métropolitaines (en comptant la Corse)auxquelles s’ajoutent les 4 d’outre-mer (Guadeloupe, Guyane, la Martinique et la Réunion).

Les Régions, qui  correspondent à des unités territoriales strictement administratives, se situent au plus haut niveau des divisions territoriales de la République Française.

Les compétences exercées concernent la quasi-totalité des actes de la vie quotidienne des citoyens.

Jugez-en par vous-même :

Santé (Définition d’objectifs particuliers de santé ; définition et mise en œuvre des actions correspondantes ; participation aux commissions exécutives des agences régionales de l’hospitalisation ; possibilité d’attribution d’aides pour l’installation ou le maintien de professionnels de santé dans les zones déficitaires en offres de soins ; en zone de montage, pour assurer le maintien des services, possibilité de construire ou de subventionner la réalisation d’équipements sanitaires).

Action culturelle (Protection du patrimoine : gestion des crédits affectés à l’entretien et à la restauration des immeubles, orgues et objets mobiliers protégés n’appartenant pas à l’état ou à ses établissements, à titre expérimental ; insertion des œuvres d’art au titre du 1% culturel dans certaines constructions [1% du coût de l’investissement] ; fonds régional d’art contemporain ; initiative et responsabilité des établissements régionaux d’enseignement de la musique, de la danse et de l’art dramatique ; des établissements d’enseignement public des arts plastiques ; organisation et financement des musées régionaux ; conservation et mise en valeur des archives régionales ; insertion des œuvres d’art dans certaines constructions [1 % du coût de l’investissement]).

Emploi et insertion professionnelle (Concours au service public de l’emploi travers de possibilité de participation aux maisons de l’emploi et contribution au financement des structures d’accompagnement et d’insertion professionnelle des jeunes (missions locales) ; organisation des actions qualifiantes et pré-qualifiantes des jeunes ; responsabilité de la définition et de la mise en œuvre de la politique d’apprentissage et de formation professionnelle en direction des jeunes et des adultes à la recherche d’un emploi ou d’une nouvelle orientation professionnelle.

Enseignement (Construction et fonctionnement des lycées, des établissements d’éducation spéciale, des écoles de formation maritime et aquacole ainsi que des établissements d’enseignement agricole ; maîtrise d’ouvrage déléguée des bâtiments universitaires ; transfert des biens immobiliers des lycées appartenant à l’état ; accueil, restauration, hébergement et entretien technique, à l’exception des missions d’encadrement et de surveillance des élèves, des bâtiments dans les établissements dont il a la charge ; Recrutement et gestion des personnels techniciens, ouvriers et de service exerçant leurs missions dans les collèges ; transfert des 4 écoles de la marine marchande implantées au Havre, Saint-Malo, Nantes et Marseille ; établissement du schéma prévisionnel des investissements pour les lycées et autres établissements précités ; consultation sur les aspects régionaux de la carte des formations supérieures et de la recherche.

Sports (Construction et entretien d’équipements sportifs dans les lycées ; participation financière versée aux communes mettant à disposition des équipements sportifs communaux pour les lycéens [conventions] ; subventions aux clubs, associations, etc. Les actions de formation professionnelle continue relevant de la compétence des régions font l’objet de conventions entre les services déconcentrés de l’État et les régions).

Enseignement artistique (Organisation et financement dans le cadre du plan régional des formations professionnelles prévu au code de l’éducation, des cycles d’enseignement professionnel initial).

Formation professionnelle et apprentissage (Définition et mise en œuvre de la politique régionale de formation professionnelle et d’apprentissage des jeunes et des adultes à la recherche d’un emploi ou d’une nouvelle orientation professionnelle ; mise en œuvre des actions d’apprentissage et de formation professionnelle ; organisation des centres et points d’information sur la validation des acquis de l’expérience, contribution à l’assistance à la validation des acquis de l’expérience ; organisation des actions de formation qualifiante et contribution à l’exercice du droit à la qualification ; adoption et suivi d’un plan régional de développement des formations professionnelles).

Inventaire général du patrimoine culturel (Gestion et conduite de l’inventaire général du patrimoine culturel).

Bibliothèques régionales.

Musées (Organisation et financement des musées régionaux).

Archives (Conservation et mise en valeur des archives régionales).

Archéologie préventive (Réalisation des diagnostics et des fouilles d’archéologie préventive par les services archéologiques territoriaux agréés).

Tourisme (Définition des objectifs à moyen terme du développement touristique régional, coordonne les initiatives touristiques et privées dans le domaine du développement, de la promotion et des l’information touristique).

Interventions dans le domaine économique (Aides directes ; détermination et mise en œuvre du régime des aides directes aux entreprises ; aides indirectes ; mise en œuvre ; ingénierie financière ; participation au capital d’une société de garantie ; création d’un fonds de garantie géré par cette société ou par une société de garantie dont elle n’est pas actionnaire ; participation au capital des sociétés de capital investissement ; création d’un fonds d’investissement géré par cette société ou par une société de capital investissement dont elle n’est pas actionnaire ; aides au maintien des services en milieu rural ; aides en faveur des entreprises en difficulté).

Politique de la ville (Participation au financement et au capital des sociétés d’investissement régionales qui ont pour objet la restructuration, l’aménagement et le développement de sites urbains en difficulté).

Urbanisme (Élaboration, en association avec l’État et sous réserve de son approbation, du schéma directeur de la Région d’Île-de-France).

Aménagement rural, planification et aménagement territorial (la politique d’aménagement du territoire est déterminée au niveau national par l’État après consultation des régions et des départements ; schéma national d’aménagement du territoire [avis]; schéma régional d’aménagement du territoire [élaboration] ; élaboration et approbation du plan régional [contrat de plan État-région] ; élaboration des schémas interrégionaux du littoral et de massif ; exercice de tout ou partie des compétences des missions interministérielles d’aménagement touristique).

Logement et Habitat

(Participation au financement du logement ; définition des priorités en matière d’habitat).

Repost 0
Published by Pascal DIAS - dans La Région
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 19:37

Historiquement, les régions ont été créées en 1982 pour transférer certaines compétences de l’Etat à un échelon plus local et répondre à des problématiques multiples.

Les régions dépendent néanmoins de l’Etat qui lui-même doit composer essentiellement avec la politique commune de l’Union Européenne.

Dans ce contexte, les problèmes nationaux se répercutent en grande partie sur les régions dont il n’est pas inintéressant de rappeler qu’elles se trouvent être, de surcroît, au cœur du projet européen.

Ce sont les régions qui appliquent les politiques européennes conformément au principe de subsidiarité, ce qui en fait l’interlocuteur de référence des institutions européennes.

C’est également au niveau des régions que se bâtissent les coopérations transnationales (par exemple, la « Grande Région », entre Belgique, Luxembourg, Allemagne et France).

C’est encore aux régions que s’adressent les différentes aides européennes FEDER et FSE, encourageant celles-ci à mener une politique ambitieuse d’ancrage dans l’Europe.

Si la pertinence de la région est évidente au sein de l’Union Européenne, elle est incontestable lorsque l’on examine de près les compétences qui lui ont été octroyées par les lois de décentralisation, selon une organisation structurée autour de trois catégories de compétences.

La première, appelée « clause générale de compétences », permet à l’assemblée régionale, par le biais de ses délibérations, de régler les affaires de la région et de promouvoir le développement économique, social, culturel et scientifique ainsi que de soutenir l’aménagement de son territoire pour assurer sa propre identité.

La deuxième, dénommée « compétences d’attribution », s’exerce dans les domaines de compétences d’exclusivités de la région telle que notamment dans les transports publics (surtout ferroviaires avec les TER), la formation professionnelle et l’apprentissage, les lycées, la culture, l’emploi, le sport.

La troisième catégorie est dite de « compétences partagées » puisqu’elles concernent également les départements et les communes, comme en matière d’écologie et d’aménagement du territoire.

A chaque loi de décentralisation, les responsabilités des collectivités territoriales en général et de la Région, en particulier, se sont étendues.

Parce que pour gagner en clarté et en efficacité, l’Etat doit se recentrer sur ses pouvoirs régaliens (sécurité, justice, éducation, santé), c’est aux régions qu’il incombe d’anticiper les besoins de leur territoire en étroite relation avec les autres échelons territoriaux.

Les collectivités locales sont déjà responsables de 75% de l’investissement public et leur échelle territoriale de proximité permet d’arrêter les projets qui répondront le plus efficacement aux attentes des habitants dans un contexte global complexe, transposé localement.

Il est à déplorer que l’ensemble de la classe politique n’ait pas su convaincre les abstentionnistes de l’importance de ces élections régionales et de l’influence des Régions sur la vie quotidienne des Français.

 

Repost 0
Published by Pascal DIAS - dans La Région
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 18:50
Résultat sur la Commune d'Avon

 

Nombre

% inscrits

Inscrits

8830

 

Abstentions

4648

52,64

Votants

4182

47,36

Blancs ou nuls

201

2,28

Exprimés

3981

45,08



 

AVON

liste conduite par

voix

% exprimés

Mme Valérie PECRESSE (LMAJ)

1786

44,86

M. Jean-Paul HUCHON (LSOC)

2195

55,14



Comparatif entre la Commune d'Avon, le Département de Seine-et-Marne et la Région IDF


AVON 2010

seine & marne

Rég. IDF

liste conduite par

% exprimés

% exprimés

% exprimés

Mme Valérie PECRESSE (LMAJ)

44,86

44,21

43,31

M. Jean-Paul HUCHON (LSOC)

55,14

55,79

56,69

Abstention

52,64

55,35

52,86



Comparatif des résultats de la Commune d'Avon entre les années 2004 et 2010

 

AVON 2004

AVON 2010

liste conduite par

% exprimés

% exprimés

liste UMP

42,19

44,86

liste du PS

46,31

55,14

liste FN

11,49

 

Abstention

34,7

52,64



Repost 0
Published by Pascal DIAS - dans La Région
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 19:13
Résultats du 1er tour à Avon

   

Nombre

% inscrits

% Votants

 

Inscrits

8830

 

 

 

Abstentions

4897

55,46

 

 

Votants

3933

44,54

 

 

Blancs ou nuls

108

1,22

2,75

 

Exprimés

3825

43,32

97,25



 

AVON

liste conduite par

voix

% exprimés

Mme Valérie PECRESSE (LMAJ)

1054

27,56

M. Jean-Pierre MERCIER (LEXG)

16

0,42

Mme Marie-Christine ARNAUTU (LFN)

399

10,43

Mme Cécile DUFLOT (LVEC)

678

17,73

M. Alain DOLIUM (LCMD)

174

4,55

M. Jean-Marc GOVERATORI (LAUT)

80

2,09

M. Pierre LAURENT (LCOP)

167

4,37

M. Axel DE BOER (LAUT)

67

1,75

M. Jean-Paul HUCHON (LSOC)

939

24,55

M. Nicolas DUPONT-AIGNAN (LDVD)

165

4,31

M. Olivier BESANCENOT (LEXG)

81

2,12

M. Almamy KANOUTE (LAUT)

5

0,13


Comparaison des résultats entre la ville d'Avon, le département de Seine et Marne et la Région Ile-de-France
  
 

AVON

Seine & Marne

Rég. IDF

liste conduite par

% exprimés

% exprimés

% exprimés

Mme Valérie PECRESSE (LMAJ)

27,56

26,34

27,76

Mme Marie-Christine ARNAUTU (LFN)

10,43

13,30

9,29

Mme Cécile DUFLOT (LVEC)

17,73

14,38

16,58

M. Alain DOLIUM (LCMD)

4,55

3,94

3,98

M. Jean-Paul HUCHON (LSOC)

24,55

25,38

25,26

M. Olivier BESANCENOT (LEXG)

2,12

3,81

3,13

Abstention

55,46

58,54

56,21



Comparaison des résultats du 1er tour à Avon entre 2004 et 2010

 

AVON 2004

AVON 2010

liste conduite par

% exprimés

% exprimés

liste UMP

27,98

27,56

Liste du FN

13,71

10,43

liste du PS

31,79

24,55

Abstention

37,21

55,46




Repost 0
Published by Pascal DIAS - dans La Région
commenter cet article