Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 17:08

Nicolas SARKOZY, Queen Elisabeth et Barak OBAMA meurent en même temps et se retrouvent par erreur en enfer.

A leur arrivée, ils repèrent un téléphone rouge et immédiatement demandent quelle en est l'utilité.

Le diable leur dit qu'il peut être utilisé pour appeler la terre dans des circonstances exceptionnelles.

Considérant tous les trois que les circonstances sont exceptionnelles car ils n'ont pas eu le temps de régler tous leurs problèmes, ils décident de demander s'ils peuvent s'en servir.

OBAMA demande donc à appeler les Etats-Unis. Il parle pendant 5 minutes et le diable lui dit qu'il lui doit 1 million de dollars.

OBAMA fait un chèque.

La Reine Elisabeth demande donc à son tour d'appeler l'Angleterre. Elle parle durant 20 minutes et le diable lui demande 6 millions de livres.

Elle paye.

Nicolas SARKOZY à son tour prend le téléphone, appelle la France et parle pendant 4 heures. A la fin de l'appel le diable lui dit qu'il doit 5 euros.

Quand OBAMA entend cela, il rentre dans une rage épouvantable et demande au diable pour quelle raison SARKOZY est-il traité de manière préférentielle.

Le diable sourit et dit que depuis que François HOLLANDE est devenu président, la France est devenue un enfer et que c'est donc un appel local.

 

[En effet, après le 6 mai, François HOLLANDE n'a pas voulu réduire la dette publique de la France et a demandé une renégociation des traités.

La France a été attaquée par les fonds spéculatifs et les marchés financiers dont dépendent les trois quarts du financement de notre dette publique.

Les marchés financiers ont rendu plus couteux les emprunts que l'Etat devait faire en mai pour payer les salaires des fonctionnaires.

Les prêteurs ont exigé immédiatement du Président des réformes et des coupes très brutales, avant même les élections législatives de juin.

Après les législatives, la gauche a dénoncé des comptes maquillés par la droite et lui a fait porter la responsabilité des économies et des hausses d'impôts nécessaires.

Elle a annoncé qu'il fallait trouver au moins 20 milliards en 2012 et si la croissance n'était pas au rendez-vous, le double en 2013 et le double encore en 2014. Et plus encore dans les 3 années qui suivirent.

Il ne fut plus question de largesse d'aucune sorte pendant tout le quinquennat.]

 

Repost 0
Published by Pascal DIAS - dans Présidentielle 2012
commenter cet article